Mardi 18 février 2014 tagassurance emprunteur, tagassurer, tagimmobilier, tagprêt

L'assurance emprunteur

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • facebook

Interviewé par Baptiste Julien Blandet pour Linternaute.com, Olivier Sanson revient sur les attentes clients de l'assurance emprunteur

Perenim

Quel que soit le crédit que vous sollicitez, une assurance doit être souscrite. Vous disposez de peu de temps pour vous décider. Voici les points essentiels à prendre en compte dans votre choix.



Depuis le milieu de l'année 2010, le contrat validant un crédit n'inclut plus automatiquement une assurance emprunteur. Le demandeur d'un prêt dispose d'une liberté de choix : choisir l'assurance associée au crédit proposé par sa banque ou l'organisme de crédit ou bien aller voir un autre prestataire qui puisse lui fournir un niveau de couverture équivalent pour un coût moindre. Autant dire qu'il faut être très réactif. La question de l'assurance n'étant pas vraiment l'aspect numéro un auquel on pense dans la négociation, on se retrouve bien souvent dans une course contre la montre pour signer dans les délais l'offre de prêt. "Il faut se renseigner le plus en amont possible, avant même de regarder les taux", conseille Marc de la Taille, directeur du marketing et de la communication de Metlife France. Ce que confirme Olivier Sanson, directeur général adjoint de AFI-ESCA, qui signale que pour un crédit de 150 000 euros sur 15 ans, "le prix de l'assurance est d'un peu moins de 5 000 euros (0,20 %). C'est une dépense importante qu'il faut étudier pour bien l'adapter à son profil de risque". 

En effet, comme vous ne disposez que de quelques jours pour arrêter votre choix, le risque est d'accepter une garantie mal adaptée à vos besoins et par défaut celle proposée par l'organisme prêteur. Ce qui n'est pas gênant pour un crédit à la consommation de quelques centaines d'euros car l'économie pouvant être obtenue est de l'ordre de quelques euros. Mais pour un crédit immobilier ou un crédit auto, l'économie peut se chiffrer en milliers d'euros. Comment choisir entre les différentes garanties ? Le gain sur le prix à lui seul ne suffit pas. Il faut vous intéresser aux garanties incluses, exclues et optionnelles mais aussi aux périodes de carence, aux franchises et aux montants des plafonds.   Dans le détail, toute assurance emprunteur doit au moins inclure une prise en charge du capital restant dû en cas de décès, d'invalidité temporaire ou définitive ou perte d'autonomie. Il faut porter une attention au terme de quotité, surtout dans le cas d'un prêt qui porte sur plusieurs centaines d'euros. La quotité, c'est la part du capital réellement protégée. Par exemple, un taux à 50 % indique que seule la moitié du capital est garantie s'il vous arrive quelque chose. Ce paramètre joue pour beaucoup dans le prix dont le niveau suivi celui de la quotité. 

D'autres garanties sont utiles dans une assurance emprunteur car elles couvrent des évènements qui peuvent survenir plus fréquemment. C'est le cas des prises en charge en cas d'arrêt de travail, d'arrêt maladie ou encore de la perte d'emploi. Là, la prise en charge porte soit sur la mensualité du crédit soit sur le montant du salaire versé pendant la période où l'emprunteur est sans revenus. Dans ce dernier cas, là encore, selon la part du salaire prise en charge (entre 60 et 80 %), le coût de l'assurance emprunteur peut vite grimper.   Attention ce type de garantie n'est proposé que par les contrats d'assurance individuel. Or la plupart du temps, les contrats joints à un crédit sont des contrats d'assurance groupe. L'ensemble des emprunteurs verse dans la même caisse, qui va servir à prendre tous les aléas couverts. Dans le cas d'une assurance individuelle, une partie du risque n'est pas mutualisée sur l'ensemble des emprunteurs mais facturée au souscripteur.  
Ce qui explique que, pour de gros montants de prêt, il soit nécessaire de remplir un questionnaire de santé et que l'assureur peut ne pas se contenter d'une simple attestation de bonne santé. Si ce questionnaire révèle des risques que l'assurance ne souhaite pas prendre, vous aurez le choix entre accepter une surcote ou bien chercher un autre assureur.  Aussi, si vous savez à l'avance que votre état de santé peut poser un problème, mais aussi pour gagner du temps, il peut être judicieux de vous adresser à un courtier en assurance. De part son statut, il va d'abord regarder vos besoins, vos contraintes puis chercher pour vous l'offre la plus pertinente auprès de l'ensemble des assureurs. Il en existe aussi sur Internet. Tout en étant vigilant sur la transparence, autrement dit en se renseignant sur qui gère le site web, vous pouvez escompter une réponse sous 24h pour les meilleurs et les plus réactifs.  

A compter de juillet 2014, vous aurez un délai de douze mois après la souscription d'une assurance emprunteur pour la résilier. Cette résiliation peut donc intervenir un mois, deux mois ou plus après. De même, il sera ensuite possible de la résilier tous les ans. Olivier Sanson met en garde sur un usage trop excessif sur cette possibilité : "A chaque changement, il faut faire un point sur son état de santé. Ce qui peut amener un surcoût. En conservant, l'assurance emprunteur la plus adaptée à ses besoins, la dégradation de l'état de santé n'entre pas en compte dans le prix, qui reste fixe". En revanche pour d'autres contrats d'assurance, le gain peut être réel. 

Source : http://www.linternaute.com/argent/assurance/les-garanties-pour-votre-assurance-emprunteur.shtml

A Propos d' AFI ESCA

Fondée à Strasbourg il y a plus de 90 ans, AFI ESCA conçoit des solutions d’assurances en épargne, prévoyance individuelle, garantie emprunteur, obsèques et homme-clé, distribuées par l’intermédiaire de plus 2 000 courtiers répartis sur toute la France, en Belgique depuis 2008, en Italie depuis 2012 et au Luxembourg depuis 2014.


Informations complémentaires sur : www.afi-esca.com



Contacts Presse
MIKAEL DEVRAY
AGENCE FENRIS
06 62 36 71 56

Mardi 18 février 2014 tagassurance emprunteur, tagassurer, tagimmobilier, tagprêt
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • facebook
Sur le même sujet
Voir tous les communiqués